GENCI – supercalculateur OCCIGEN

OCCIGEN repousse les limites de la science et de la technologie

GENCI's OCCIGEN supercomputer

Avec son nouveau supercalculateur baptisé OCCIGEN, GENCI, l’agence française pour le calcul intensif, met au service des scientifiques français une capacité de calcul globale en forte hausse et fait un bond technologique en matière d’efficacité énergétique avec Bull et Intel.

GENCI, l’agence française pour le calcul intensif, a fait l’acquisition en juin 2014 d’un grand supercalculateur de 2,1 Pflops baptisé OCCIGEN. Ce système Bull est installé au CINES (Centre informatique national de l’enseignement supérieur), l’un des trois centres nationaux de calcul intensif en France.

Ce système multiplie par 8 les ressources de calcul disponibles au CINES et permet à GENCI de mettre au service des scientifiques français une capacité de calcul globale en forte hausse, atteignant un total de 5,7 Pflops disponibles.

Au service de tous les types de simulation

OCCIGEN tire sa puissance des tout derniers processeurs Intel® Xeon® E5-2690 v3 à 12 coeur, avec un total de plus de 50 000 coeurs, et son architecture équilibrée inclut plus de 200 To de mémoire distribuée et un sous-système d’entrées/sorties capable de gérer les données à une vitesse supérieure à 100Go/s, basé sur le logiciel Lustre* d’Intel.

Grâce à ces performances, OCCIGEN pourra accueillir tout type de simulation numérique et gérer des masses importantes de données. Il est également conçu pour pouvoir recevoir ultérieurement des technologies hybrides.

Un système très vert

Bull, société du groupe Atos, a été retenue après un processus d’appel d’offre ouvert et très compétitif, faisant une large part à l’optimisation énergétique pour les simulations et à une évaluation financière prenant en compte le coût total de possession du supercalculateur sur sa durée de vie totale attendue.

Basé sur les lames de calcul à refroidissement liquide direct bullx B720, le supercalculateur OCCIGEN est aujourd’hui doté d’une puissance crête de plus de 2 Pflop/s (2 millions de milliards d’opérations flottantes par seconde), exploitant le nouveau jeu d’instructions Inte® Advanced Vector Extensions 2 (AVX2), grâce à ses processeurs Intel® Xeon® E5 v3. OCCIGEN a démontré une puissance « Linpack » de plus de 1,628 Pflop/s, établissant une efficacité de 97% de la performance AVX2 par noeud de calcul et plus de 78% de la performance crête de la machine complète.

« Le supercalculateur OCCIGEN équipé des nouveaux processeurs de la famille Intel Xeon E5-2600 v3 est une solution puissante pour la communauté HPC » indique Charles Wuischpard, vice-président Data Center Group et Directeur Général Workstations and HPC, Intel. « Le processeur Intel Xeon E5-2690 v3 choisi par GENCI pour OCCIGEN offre des performances de niveau Top 500 associées à une excellente efficacité énergétique pour la communauté académique française. Ce programme s’inscrit dans une collaboration à long terme entre GENCI, Bull et Intel, et constitue une première étape vers l’hyper-parallélisme. »

« OCCIGEN se positionne ainsi comme l’un des supercalculateurs x86 les plus efficaces d’un point de vue énergétique (consommation globale de 975 kW, soit 1670 Mflops/W par noeud) et vient compléter la liste HPCG des supercalculateurs bullx avec une performance de 45474,6 GFlops. Il devient l’un des systèmes HPC les plus performants au regard de sa puissance de calcul et de son efficacité énergétique et un atout décisif pour la simulation numérique et la recherche française » souligne Pascal Barbolosi, Vice-Président Extreme Computing, Bull, une société du groupe Atos.

Des premières mondiales espérées

OCCIGEN est destiné à répondre aux besoins des scientifiques français en réalisant des simulations 3D multi-échelles, multi-physiques complexes et massives, et en gérant les volumes énormes de données générées par des instruments à large échelle ou des simulations numériques.

Selon les premiers résultats, OCCIGEN a déjà démontré sa puissance sur des applications scientifiques clés réelles, avec des améliorations impressionnantes de plus de 20% sur SPECFEM3D (géophysique) et jusqu’à 274% sur YALES2 (combustion), par rapport aux systèmes pétaflopiques existants de GENCI.

OCCIGEN sera pleinement opérationnel pour tous les scientifiques français en janvier 2015, mais est déjà ouvert en mode pré-production pour la réalisation de “Grands Challenges” laissant espérer des premières mondiales, par exemple dans le domaine du climat, de la modélisation du cerveau ou encore une Simulation des Grandes Echelles (SGE) massive d’éoliennes.

« Notre priorité est de donner aux chercheurs français les moyens de bien se positionner au plan scientifique international en mettant à leur disposition les meilleures ressources possibles tout en veillant à minimiser l’impact sur l’environnement. Avec OCCIGEN, le dernier de nos supercalculateurs installés, GENCI a non seulement entièrement rénové les ressources de calcul françaises mais s’est également résolument engagé dans une démarche éco-responsable. Les performances attendues d’OCCIGEN ouvrent la voie à des avancées scientifiques dans tous les domaines » se félicite Catherine Riviere, PDG de GENCI.

* Intel, Xeon sont des marques d’Intel Corporattion aux Etats-Unis et/ou dans d¿autres pays. Toutes les marques citées appartiennent à leur propriétaires respectifs.

 

GENCI

Créé en 2007 par les pouvoirs publics, GENCI a pour objectif de placer la France au meilleur niveau européen et international dans le domaine du calcul intensif. GENCI est une société civile détenue à 49 % par l’Etat représenté par le Ministère de la Recherche et l’Enseignement Supérieur, 20 % par le CEA, 20 % par le CNRS, 10 % par les Universités représentées par la Conférence des Présidents d’Université et 1% par Inria. GENCI poursuit trois missions : 1) porter la stratégie nationale d’équipement en calcul intensif au bénéfice de la recherche scientifique française en lien avec les trois centres nationaux de calcul ; 2) participer à la réalisation d’un écosystème intégré du calcul intensif à l’échelle européenne ; 3) promouvoir la simulation numérique et le calcul intensif auprès de la recherche académique, des industriels et, avec Bpifrance et Inria, dans une initiative spécifique pour les PME.